En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Ok

Les nitrates et pesticides, idées reçues et réalité

La norme française, une limite adaptée

L'annexe 13-1 du Code de la Santé Publique définit pour l’eau potable une valeur limite de 50 mg/l pour les nitrates. Cette norme, fixée selon le principe de précaution maximale, protège les nourrissons, donc l’ensemble de la population. Au-dessus de cette quantité, l’eau est considérée comme impropre à la consommation, particulièrement pour les populations les plus vulnérables.

La présence de nitrates dans l’eau inquiète. Pourtant, savez-vous qu’ils participent au cycle de la vie et que l’eau du robinet en contient moins que les fruits et légumes ?
Les pesticides, quant à eux, sont présents en quantité trop faible dans l’eau du robinet pour avoir des effets nocifs sur la santé.
Le point sur la question.

Les nitrates, substances naturelles

Les nitrates font partie de la biologie normale de la vie. Ils sont indispensables à la croissance des végétaux, et l’homme en fabrique physiologiquement des quantités non négligeables. Les activités agricoles et industrielles participent également à la dispersion des nitrates dans le sol et les rivières.

Par conséquent, toutes les eaux en contiennent en petite quantité. Cependant, l’homme en absorbe surtout dans son alimentation ; la charcuterie, les conserves à base de viande, les légumes et les fruits véhiculent bien plus de nitrates que l’eau.

L’intoxication survient lors d’une ingestion massive de nitrates et au moment de leur transformation en nitrites par le système digestif.

Les nitrites peuvent provoquer une altération du sang qui empêche le transfert de l’oxygène vers les cellules. Les plus vulnérables sont les nourrissons de moins de six mois, dont le système sanguin est encore fragile.

Quels sont les moyens de lutter contre les nitrates ?

En Ile-de-France, l’eau des rivières, utilisée comme ressource, est faiblement chargée en nitrates. La teneur en nitrates de l’eau distribuée dans cette région est en moyenne de 25 mg/l, c’est-à-dire d’un niveau inférieur de moitié à la concentration maximale autorisée.

Depuis 1997, le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France a engagé un programme de prévention des nitrates, “Ferti-mieux”, en partenariat avec la chambre d’agriculture de Seine-et-Marne.

Il consiste à développer, en collaboration avec les agriculteurs, de nouvelles techniques de production agricole moins polluantes, axées sur la maîtrise de l’usage des fertilisants et des engrais azotés, source de pollution de l’eau.

En cas de pollution accidentelle à la source, si la valeur limite de 50 mg/l était dépassée, la population en serait immédiatement informée. Toutefois, cette éventualité est très improbable en Ile-de-France.

Les pesticides, une teneur réglementée

Contrairement aux nitrates, les pesticides sont des substances chimiques totalement artificielles. Utilisés pour lutter contre les parasites animaux et végétaux nuisibles aux cultures, ils contaminent les eaux de surface ainsi que les eaux souterraines. 

L'annexe 13-1 du Code de la Santé Publique fixe la teneur maximale dans l’eau à 0,1 mg/l par pesticide et à 0,5 mg/l pour la somme de tous les pesticides présents dans l’eau. Cette norme rigoureuse, qui vise également la protection de l’environnement, garantit le consommateur contre tout effet nocif lié aux pesticides.

Les pesticides : aucun danger en Ile-de-France

Comme pour tous les produits chimiques, des contrôles rigoureux sont effectués pour mesurer la présence de pesticides dans l’eau.

Des dispositions ont été prises par le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France pour traiter et garantir une eau conforme à la réglementation. Ainsi, au cours de la filière de production de l’eau potable, la mise en œuvre de charbon actif sous forme de poudre et en grains traite les excès éventuels de pesticides présents dans l’eau puisée dans la Seine, la Marne. Pour l'Oise, la nouvelle technologie membranaire mise en place récemment retient ces mêmes micropolluants quelle que soit leur nature.

 

Centre relation client

Du lundi au vendredi de 8h à 19h30 et le samedi de 9h à 12h30

Tél :

09 69 369 900*

*Appel non surtaxé, que l'appel soit passé d'une ligne fixe, d'un téléphone mobile ou d'une box

Urgence fuite (7J/7, 24H/24)

Tél :

09 69 369 918*

SEDIF
14, rue Saint-Benoit
75006 PARIS

Tél : 01 53 45 42 42
Fax : 01 53 45 42 79

sedif@sedif.com