Les paramètres émergents

Ce sont des micro-organismes (parasites, bactéries, virus) ou des composés chimiques (perturbateurs endocriniens, résidus de médicaments, etc), que l'évolution des techniques analytiques a récemment permis de mettre en évidence dans les eaux.
 
Les connaissances scientifiques sont encore insuffisantes pour établir si leur présence dans l'eau constitue un risque pour la santé. De fait, aucune norme sanitaire n'a encore pu être définie pour l'eau potable, et ils ne font pas partie des paramètres mesurés dans le contrôle réglementaire.

Un programme de recherche de pointe

Le SEDIF mène depuis une quinzaine d'années un important programme d'études pour connaître le niveau de contamination de ses ressources en eau et l'efficacité des filières de traitement de ses usines vis-à-vis de ces paramètres émergents.
Micro-organismes et plus de 120 composés chimiques appartenant à des familles très diverses (plastifiants, substances médicamenteuses, hormones naturelles et de synthèse, retardateurs de flammes, résidus lessiviels, etc) sont recherchés. La contamination des ressources est avérée pour certains paramètres (parasites, estrone, métabolite de l'estradiol, paracétamol, bezafibrate, di-2-éthylhexylphtalate (DEHP), nonylphénols...).
Les filières de traitement garantissent une bonne sécurité microbiologique et montrent une bonne efficacité pour la plupart des paramètres chimiques. Cependant certains ont parfois été quantifiés dans l'eau produite en quantités infinitésimales.
Le SEDIF poursuit son programme d'études pour continuer à acquérir des données sur le fonctionnement de ses installations, et maintient une veille active des travaux des chercheurs en santé publique, qui permettront de conduire des évaluations du risque chimique. 

Les infos de ma commune